L’heure de s’arrêter

L’heure de s’arrêter

 

Tom Coelho*

 

 

"Pour un oeillet, on perd le fer à cheval,

Pour le sabot du cheval, un cheval,

Et, pour un cheval, le chevalier.”

(Frei Luis de Granada)

 

L'ambition est une chose bonne. Elle reveille en nous des desirs, promeut l'engagement, stimule la perseverance. Elle devient plus fortes et nous fait chercher la supération. Par l'ambition, nous conquérons plus de propriétés et plus de pouvoir. Nous nous sentons plus riches, plus beaux et aussi plus libres. Ce qui gâte est la l'avidité.

 

Comme tout dans la vie qui manque de pondération, d'équilibre, l'ambition sans mesure évolue par l'avidité. Dans ce stage, le désir devient généreux: l'engagement, l'obsession, la perseverance et l'entêtement. Les propriétés dénotent l'opulence et le pouvoir, l'autoritaire. La liberté se vide et renaît comme un Phénix dans sa cage.

 

Le problème est une question de mesure. Dans l'échelle pour le progrès, nous ne savons pas – où ne pas accepter – l'heure de s'arrêter.

 

Prenez comme exemple le monde corporatif. Une enterprise introduit un produit où un service qui est bien accepté au marché. Réalise un profit considerable et résoud de l'investir de nouveau. Et, en le poursuivant dans ce processus, élève encore plus son volume de ventes et facturation. Mais aussi ses coûts. À chaque nouvelle tournée, plus de matière-premières et plus de main-d`oeuvre sont nécessaires. Les investissements en marketing et l'infra-structure sont généralement en croissance.

 

Ce que plusieurs fois on n'observe pas est qu'il y'a un moment determiné lorsque le processus doit être interrompu sous la peine d'ingresser ce que la théorie économique appelle de “Pas d'économie de l'échelle”. La Mathématique a une image singulière pour illustrer Ceci: le point d'inflexion. Dans un graphique cartésien, est le moment dans lequel la courve change sa creusité, ou soit, si la ligne était croissante, passe a être décroissante.

 

En somme, cela signifie que plus de facturation ne représentera pas indéfiniment plus de profit. Ou soit, on travail davantage pour gagner moins. Et tout parce que l'ambition, avant saîne et responsable, par la prospérité de l'affaire, visite le royaume de l'avidité et n'accepte pas le moment de s'arrêter quand la perfection a été atteinte.

 

Dans la vie personnelle, cela n'est pas different. Je defends la thèse que les relations amoureuses, par exemple, ont un délai de validité. Et je m'aligne aux voeux sacrés de “jusque la mort nous separe”, des jurements dans la célébration des mariages. Le point est de quel mort, nous sommes entrain de parler. Les personnes s'imaginent de traîter de la mort physique. Je prefere interpréter cela comme la mort d'un sentiment.

 

Tout commencement d'une relation est magique. Et lorsque on pratique le jeu de la conquête et de la séduction. Nos actions sont orchestrées et les mots choisis d'une manière méticuleuse. Nous montrons ce que nous avons de meilleur: notre vie est virtueuse, nos valeurs sont nobles et nos faits sont admirables. Nous mettons les meilleurs vêtements, usons les plus agréables parfums. La peau est légère, l'oeil, brille et le sourire est authentique.

 

Les ambiances par lesquelles nous circulons sont acceuillants. La boisson paraît toujours glacée, meme que ce soit un cognac et la nourriture toujours saveureuse, meme qu'elle ne soit pas consommé.

 

Tout cela arrive parce que nous sommes entourés dans une atmosphere d'enchantement et la synergie imprégnée par l'efficience du dialogue, qui court facilement, puisque il y'a beaucoup à dire, des années pour partager. Nous voulons dans une paire d'heures qui nous denude, non seulement de vêtements, mais aussi de notre histoire personnelle, montrant qui nous sommes, d'ou nous venons et par ou nous croyons aller et le destin reserve l'endroit à son interlocuteur, la figure aimée, Presque inanimé, quand sourit.

 

Le processus est le meme pour les hommes et les femmes. Les strategies different, les tactiques, mais pas les prépositions.

 

Parcourue cette étape la conquête se consomme. Des bouches qui se retrouvent, des bras qui s'enlacent, des corps qui se chauffent. Et alors, le roman se vit, nourrit et aveugle. L'horizon se retire.

 

La stabilité lève la relation aux mers calmes et l'absence des ondes révèle ce qu'avant on ne pouvait pas percevoir. Nous découvrons et nous révélons – que les virtues emportent en soi des défauts que l'amabilité est tempérée avec une éventuelle tolérance et que les gentillesses sont bonifiés avec flegme.

 

Est dans ce moment que s'établissent les limites entre la passion et l'amour. Est lorsque l'union devient mûre. Et lorsque nous percevons que le baiser ardent et le sexe plaisant são primordiales, mais pas uniques. Le dialogue gagne de nouveau thèmes, mais ne se perd pas. Et nous notons, comme nous mentionne, Gabriel Garçia Marques, que nous aimons qui est avec nous, pour ce que la personne est, qui nous devenons dans sa présence.

 

Maintenant, il s'agit du maintien. De conquerir un peu plus à chaque jour. Ou tout de nouveau.

 

Mais la nature nous reserve un monde duel. Jour et nuit, chaud et froid, yin et yang. Et pas rare. Les relations ne se gâtent pas, mais elles s'exténuent. Il n'y a plus de baiser. Il n'y a plus de chaleur dans la bouche dans le baiser, les regards se détournent, les dialogues sont futiles. Premièrement, la discorde. Après le conflit. La fin le confront. Nous transformons nos têtes dans un cimetière de souvenirs et nous commençons à cultiver tout ordre de sentiments négatifs. Le paquet vient complet, avec des rancunes, ressentiments, infidèlité, manque d'amour et tristesse. Nous espérons décidemment qu'un extreme soit atteint pour prendre une decision de separation qui pourra avoir fleurit quand il y'avait encore du respect et de l'admiration mutuel.

 

Nous savons terminer.

 

06/04/2005

 

* Tom Coelho!, avec formation en Économie par la FEA/USP, Publicité par la ESPM/SP, spécialisation en Marketing par la Madia Marketing School et la Qualité de Vie dans le Travail par la USP, est consultant, professeur universitaire, écrivain et conférencier. Directeur de l’Infinity Consulting et Directeur de l’État de NJE/Ciesp. Contacts par courriel: Este endereço de e-mail está protegido contra spambots. Você deve habilitar o JavaScript para visualizá-lo. .

 

Compare preços de Dicionários Jurídicos, Manuais de Direito e Livros de Direito.
 

Como referenciar este conteúdo

COELHO, Tom. L’heure de s’arrêter. Portal Jurídico Investidura, Florianópolis/SC, 02 Out. 2008. Disponível em: www.investidura.com.br/biblioteca-juridica/internacionalinternational/francesfrancais/1095-lheure-de-sarreter. Acesso em: 22 Jul. 2018

 

ENVIE SEU ARTIGO